Paroles de sagesse

Notre Peur la plus Profonde

« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne sommes pas à la hauteur.
Notre peur fondamentale est que nous sommes puissants au-delà de toute limite.
C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraye le plus. Nous nous posons la question :
« Qui suis-je moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux? »
En fait qui êtes-vous pour ne pas l’être?
Vous restreindre, vivre petit, ne rend pas service au monde.
L’illumination n’est pas de vous rétrécir pour vous éviter d’insécuriser les autres.
Elle ne se trouve pas non plus chez quelques élus. Elle est en chacun de nous.
Et au fur et à mesure que nous laissons brûler notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même.
Si nous nous libérons de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres. »

Ce texte est de Marianne Williamson, citée par Nelson Mandela, lors de son discours d’investiture à la présidence de l’Afrique du Sud en 1994.

SELF-COMPASSION

À partir de maintenant,
je choisis de cesser de baser sur l’estime de moi 
ma façon d’agir et de me traiter.

À partir de maintenant,
je choisis de ne plus faire dépendre l’amour que je me porte
de mes réussites ou de mes échecs.

À partir de maintenant,
je choisis de me souvenir que la frustration que je ressens
lorsque je n’atteins pas mes aspirations les plus hautes
est à la mesure de ma difficulté à accepter mes limites de l’instant.

À partir de maintenant,
je choisis de cesser de me traiter avec dureté lorsque je ressens une telle frustration, 
et d’utiliser toutes les ressources à ma disposition 

pour écouter avec bienveillance ce que ressentent mes multiples aspects intérieurs.

À partir de maintenant,
je choisis de mettre autant d’énergie à développer mes capacités de compassion envers moi-même

qu’à tenter de réaliser mes rêves les plus chers.

A partir de maintenant,
lorsque je sens que je vais agir à partir d’une tension, d’une pression ou d’une peur,
je choisis de prendre le temps d’écouter en profondeur les besoins de mes multiples aspects intérieurs 
plutôt que de valider dans l’urgence les stratégies qu’ils me proposent pour apaiser leur inconfort.

A partir de maintenant, 
je choisis de nourrir la conscience que je n’ai pas la main
sur le mouvement de la vie qui me traverse dans l’instant premier,
afin de ne pas m’infliger de double peine au moment où je retrouve la possibilité d’un choix.

À partir de maintenant,
je choisis d’entrer en relation avec moi-même avec bienveillance, tendresse et compassion, 
comme je le ferai avec mon ami le plus précieux.

À partir de maintenant,
je choisis de prendre soin quotidiennement de la relation
la plus importante dans ma vie : celle avec moi-m’aime…

Isabelle Padovani – www.communification.eu

Mouvement pour la terre et l’humanisme

Chartre internationale pour la terre et l’humanisme.

Quelle planète laisserons-nous à nos enfants ? Quels enfants laisserons-nous à la planète ?

La planète terre est à ce jour la seule oasis de vie que nous connaissons au sein d’un immense désert sidéral. En prendre soin, respecter son intégrité physique et biologique, tirer parti de ses ressources avec modération, y instaurer la paix et la solidarité entre les humains, dans le respect de toute forme de vie, est le projet le plus réaliste, le plus magnifique qui soit.

www.colibris-lemouvement.org 

www.colibris-lemouvement.org/luniversite-colibris


Pacte citoyen pour la Terre, un engagement citoyen à protéger la planète et ses peuples

Le Pacte citoyen pour la Terre vise à regrouper un maximum de personnes soutenant la mise en place de 10 actions qui permettront de protéger la biodiversité, de limiter les effets du changement climatique et de contribuer à un modèle économique plus juste. En faisant sa part, chacun d’entre nous peut facilement appliquer ces quelques engagements afin de protéger notre planète, notre futur.

www.intelligenceverte.org

Le silence de l’instant est un présent.

Lorsque vous êtes envahi par les problèmes, il ne reste aucune place pour la nouveauté ou les solutions.
Alors, chaque fois que vous le pouvez, faites un peu de place à tout cela
et vous trouverez votre vie qui se cache derrière vos conditions de vie.
Utilisez pleinement vos sens.
Soyez véritablement là où vous êtes.
Regardez autour de vous.
Simplement, sans interpréter.
Voyez la lumière, les formes, les couleurs, les textures.
Soyez conscient de la présence silencieuse de chaque objet, de l’espace qui permet à chaque chose d’être.
Écoutez les bruits sans les juger.
Entendez le silence qui les anime.
Touchez quelque chose, n’importe quoi, et sentez et reconnaissez son essence.
Observez le rythme de votre respiration.
Sentez l’air qui entre et qui sort de vos poumons, sentez l’énergie de vie qui circule dans votre corps.
Laissez chaque chose être, au-dedans comme au-dehors.
Reconnaissez en chaque chose son « être-là ».
Plongez totalement dans le présent.
De la sorte, vous laissez derrière vous le monde assourdissant de l’abstraction mentale, du temps.
Vous sortez de la folie de ce mental qui vous dépouille de votre énergie vitale et qui empoisonne et détruit la Terre.
Vous sortez du rêve qu’est le temps pour arriver dans le présent.

Eckhart Tolle Le pouvoir du moment présent

Hêtre à l’aulne de l’éveil,
c’est un sacré bouleau !

“L’arbre est un symbole extraordinaire pour représenter la croissance et le développement progressif sur les plans physique, émotionnel, mental et spirituel.
Il commence par une petite graine pour devenir un être grand, fort, solide et droit.
Il produit d’autres graines, symboliquement d’autres enfants.
Il s’établit à un endroit, comme l’être humain dans sa maison, et il travaille
comme une véritable usine, produisant tous les éléments qui le constituent et mettant à disposition tout ce qu’il produit, tout ce qu’il est.
Il transforme la pollution et participe à la création de l’oxygène indispensable à la vie sur Terre. 
À lui seul, il représente une véritable société altruiste, car il offre gratuitement abri, nourriture et autres, à une multitude d’espèces, y compris l’homme.
Par rapport à l’être humain, les racines de l’arbre symbolisent l’ancrage
dans la vie concrète, dans le monde de la matérialité, mais aussi le travail réalisé au niveau de l’inconscient et qui nous aide à nous construire solidement pour  grandir dans la droiture avec de belles pensées, de beaux sentiments et matérialiser par la suite de belles œuvres. 
Son tronc représente la droiture, la solidité des jambes et de la colonne vertébrale ; sa couronne constituée par les branches, les feuilles et les fruits symbolise la tête, la chevelure et le cerveau ; son apparence générale représente l’énergie que nous dégageons, c’est-à-dire notre aura, notre rayonnement, notre épanouissement, les beaux sentiments. Quand notre arbre intérieur est solide, en santé et épanoui, il produit des fruits que nous pouvons partager avec les autres.
Par son lien avec le Ciel et la Terre, il nous communique la Connaissance, nous aide à retrouver nos racines originelles et à assumer l’expérience de la matérialité avec confiance.”

source : Univers/Cité Mikaël

Accepter

Disons qu’au lieu de chercher à aller bien: accepter d’aller mal.
Au lieu de chercher la béatitude: accueillir la réalité telle qu’elle est, aussi négative qu’elle puisse paraître.
Accepter ce que l’on ressent au lieu de refouler.
C’est cela le point d’appui.
A partir du moment où l’on voit à quel point l’acceptation libère, on ne peut plus s’en passer.

Daniel Roumanoff